Laurence Vlasman
Psychologue clinicienne à Versailles

Les métiers de psy

Le métier de psychologue

Un psychologue est une personne ayant obligatoirement suivi une formation universitaire poussée. En effet, pour prétendre au titre de psychologue, il faut avoir obtenu un Master 2 (bac + 5) et réalisé de nombreux stages en services hospitaliers. 


Le principal travail du psychologue est fondé sur un travail d’écoute. Plus précisément, le psychologue est amené à démêler ce qui pose problème chez un patient, et qui est à la source d’une souffrance (qu’elle soit morale, mentale ou même physique) chez ce dernier.

En aucun cas, le psychologue ne porte de jugement puisqu’il se positionne exclusivement dans une neutralité bienveillante. Son travail vise à soulager le patient en l’aidant à verbaliser autour de sa propre souffrance ou de ce qui le questionne. 

Le psychologue est aussi le seul à pouvoir établir un bilan psychologique à l’aide de tests psychométriques et projectifs. Les premiers servent à déterminer les principales caractéristiques ou « tendances » d’une personne, touchant son comportement, ses aptitudes (QI, capacités de raisonnement, de communication, de leadership ou d'intelligence émotionnelle). Je ne fais pas passer des tests, que je délègue cette partie et que je reste dans une approche psycho-dynamique auprès de mes patients.


Quant aux tests projectifs, ils constituent un outil d’évaluation reposant sur l’analyse de réponses produites spontanément par un sujet ayant été soumis à un stimulus de nature ambigüe, et permettant de faire ressortir un trait de personnalité, ou un désir inconscient. 

Grâce à ces habilitations à faire passer et à interpréter ces tests, les parents peuvent solliciter le psychologue pour faire passer un bilan psychologique à leur enfant. De même, ce type de test peut-il être ordonnancé par un psychiatre. 


Il importe de souligner que, de nos jours, face aux nombreux changements sociétaux (touchant le domaine économique, social, culturel, sociétal), les prises en charge sont soumises à un glissement très net au niveau des demandes. 

En effet, depuis un certain nombre d’années, l’on ne consulte plus seulement pour comprendre et résoudre une souffrance liée à un trouble psychique, mais également pour atténuer des souffrances liées à une rupture (divorce) ou à un échec vécu sur le plan professionnel (chômage). De manière plus générale, l’on peut également consulter un psychologue, du fait de se sentir en perte ou en manque de repères. Et lorsque cela se produit, il est très important de parler de ses ressentis à un spécialiste, pour éviter de s’enfoncer dans la détresse. 

En cela, si le motif principal de consultation reste la souffrance, tout travail psychologique donne aussi l’occasion aux patients de mieux se connaître, ce qui leur permet de donner un autre sens à leur vie, tout en permettant au psychologue d’élargir ses champs d’investigation et d’établir des passerelles dans différents domaines (notamment, la psychanalyse, la sociologie, la philosophie, voire l’anthropologie).

Je précise enfin qu’il est important qu’un psychologue puisse bénéficier d’une supervision par un autre professionnel, afin d’échanger avec ses paires et ses confrères autour de ses propres pratiques cliniques et théoriques.

Le psychiatre :

Le psychiatre est avant tout médecin. Il a fait des études de médecine et il est spécialisé dans les troubles mentaux. Il est habilité à prescrire des médicaments.
Chaque psychiatre a une orientation clinique qui lui est propre. Il peut soit être adossé au paradigme de la psychanalyse, soit des TCC (thérapie cognitive et comportementale).
Selon certaines pathologies, les psychologues sont amenés à travailler avec les psychiatres.

Le psychanalyste :

Un psychanalyste est une personne qui a effectué un travail sur elle. Ce travail que l’on nomme cure analytique, lui permet  notamment de faire un travail au niveau de l’inconscient. 
La psychanalyse a pour particularité de mettre en lumière grâce à un travail d’élaboration sur le plan psychique, les difficultés qui sont pour la plupart d’entre elles souvent liées à l’histoire infantile.
La psychanalyse a  pour visée  de lever ce qui a été refoulé et qui crée le symptôme.
La prise de conscience permet une atténuation voir une disparition du symptôme. Le patient ressent une grande libération.
Le psychanalyste est généralement inscrit dans une société ou une association de psychanalystes afin d’échanger autour de certaines pratiques et théories avec ses pairs. 
La psychanalyse a pour mission une perpétuelle remise en question dans ses perspectives de soin. Rien n’est jamais acquis et c’est ce qui rend la discipline passionnante.

Un psychothérapeute :

Pour exercer la psychothérapie, il est nécessaire d’être reconnu en tant que tel  notamment par l’ARS (Agence régional de santé) qui seul délivre le titre de psychothérapeute.
Il est important que le psychothérapeute soit doté de bonnes connaissances en psychopathologie.
Il est tenu avoir effectué des stages professionnels notamment en psychiatrie.
Il n’est pas facile de prendre la décision d’entreprendre une psychothérapie. C’est une démarche courageuse et humble. 
Avant d’entreprendre une telle démarche, il est nécessaire pour le psychologue de comprendre la demande du patient et de cerner avec l’aide du patient la thérapie la plus adaptée.

 

Un psycho-praticien  n’a reçu aucune formation reconnue par l’Etat.

En ce qui me concerne, je pratique des thérapies d’inspiration analytique où la parole et l’écoute sont au centre de la relation.
Je précise qu’un psychologue clinicien qui a fait un travail sur lui, est en mesure d’écouter son patient sur deux registres, à savoir le contenu manifeste et le contenu latent (de l’ordre de l’inconscient)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.